Embrasse-moi fort ! de Adria Font & Imma Sust

couv723820951

 

De Adria Font & Imma Sust

Sortie en 2016

Chez Albin Michel Jeunesse

368 pages

16,90€

Résumé.png

Quatre jeunes filles, quatre copines de lycée s’identifient aux princesses de contes de fées. Silvia est intelligente et discrète comme Jasmine, Ana, en vraie Blanche-Neige est plutôt douce et romantique ; Bea, alias Cendrillon, est dynamique et déterminée tandis qu’Estela incarne une Belle au Bois dormant anticonformiste et fantasque.Malgré leurs différences, elles sont tellement unies qu’elles n’imaginent pas que quoi que ce soit puisse les séparer… Jusqu’à ce qu’un rendez-vous pris sur internet, un chien appelé Atreyu, un post sur un blog et les paroles d’une chanson ne viennent changer leur vie à tout jamais.

mon avis.png

Albin Michel, et plus particulièrement ses collections de jeunesse, est une maison d’édition que j’aime beaucoup. N’y pense même pas, Parle-moi Hate List, Un été pour tout changer… sont des romans que j’ai beaucoup appréciés. C’est pour ça que je ne comprends pas comment Embrasse-moi fort ! a pu y être publié.

Dès le début, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher. Beaucoup de personnages ont fait leur apparition dès le premier chapitre et j’ai du m’aider de la quatrième de couverture à plusieurs reprises pour savoir qui était Anna, avec qui sortait Béa, etc…

En plus de tous ces personnages à ingurgiter, on s’intéresse à chaque page à une histoire différente. Pour vous expliquer, il y a quatre personnages principaux : Anna, Béa, Silvia et Estela. Et à chaque page, il est question de l’histoire d’une d’elles en particulier, sauf que ça change tout le temps et il est impossible pour le lecteur de s’y retrouver ! En plus de ça, il y a sans arrêts des sauts dans le temps : « Quelques heures plus tôt, chez Silvia », « Trois heures plus tard, chez Béa », « Au même moment, au Piccolino »… Impossible de suivre !

Des quatre personnages féminins, il n’y a qu’Anna que j’ai pu supporter, et encore elle n’apparaît pas aussi souvent que ses amies. J’avais l’impression, tout au long du roman, d’avoir affaire à des gamines de onze ans, alors qu’elles sont censées en avoir entre seize et dix-huit. Le nom de leur groupe (Les Princesses) allait aussi dans ce sens et pour moi, elles n’étaient pas lycéennes mais se comportaient comme des collégiennes (au mieux !).

Ces filles sont de vraies girouettes. Par exemple, dans un des chapitres, Silvia a un coup de cœur pour Sergio, le copain de Béa (une de ses meilleures amies…). A peine deux pages plus loin, elle éprouve des sentiments plus forts que tout pour Marcos, son voisin. Elle change tellement d’avis que c’en est incompréhensible !

Estela, elle, sort par intermittence avec son prof de théâtre (marié). Elle ne cesse de rabâcher à quel point elle est amoureuse de lui, mais à l’instant où il ne répond pas à un de ses messages, voilà qu’elle se découvre un amour que rien ne pourra briser pour Marcos. C’est à croire que ce sont deux personnes différentes !

Le personnage que j’ai le moins aimé est Béa. Elle nous est présentée comme la plus jolie du groupe, très avenante, qui a souffert à cause d’un garçon… alors qu’elle se comporte comme une petite fille pourrie gâtée, jalouse, puérile et complètement à côté de la plaque niveau amitié.

En général, les écritures à quatre mains sont intéressantes puisqu’elles permettent de confronter deux points de vue, les mettre en commun, être ouvert à d’autres possibilités et ainsi proposer une lecture de meilleure qualité. Mais pour cela, encore faut-il que les deux auteurs se soient mis d’accord ! J’avais l’impression que l’une d’elle était pour les couples Sergio + Béa, Léo + Estela et Silvia + Marcos et que l’autre penchait plutôt pour : Béa célibataire, Estela + Marcos et Silvia + Sergio. Et qu’elles écrivaient un chapitre sur deux chacune leur tour.

J’avais vraiment l’impression de lire un « premier jet », il y a des incohérence de temps énormes (mais à force de jouer avec les sauts dans le temps, ça devait arriver…).

Vous l’aurez compris, je n’ai pas aimé Embrasse-moi fort ! et j’ai dû me forcer pour le terminer. Je n’ai jamais été aussi déçue par un roman au point que le continuer m’énervait et que je ne le faisais que dans l’espoir d’un retournement de situation de dernière minute (qui n’est jamais arrivé).

Publicités

Une réflexion sur “Embrasse-moi fort ! de Adria Font & Imma Sust

  1. Pingback: Tag #11 : Code de la route | Hope bookine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s