Si on nous l’avait dit, de Laura Trompette

couv57934911

De Laura Trompette

Sorti en 2016

Chez la collection &moi

283 pages

12€50

Résumé.png

Dans sa Corrèze natale, Alice Perret rêve de jours moins monotones, tout en acceptant avec bienveillance sa routine au sein de la ferme de ses parents. Elle mène en réalité une double existence : si Alice n’est personne dans sa campagne, elle est quelqu’un en ligne. L’arrivée impromptue de Nolan Sharp, businessman anglais en vadrouille dans l’hexagone, va renverser l’ordre établi. En l’espace de vingt-quatre heures, un événement tragique va rapprocher ces deux êtres qui n’étaient en rien prédisposés à se connaître, encore moins à s’attacher…

mon avis.png

J’avais entendu parler de Laura Trompette pour ses parutions chez Hugo Roman, Ladie’s taste et Ladie’s secret, mais Si on nous l’avait dit est le premier roman de sa plume que je lis.

On s’immerge complètement dans la vie d’Alice, une jeune femme qui rêve de partir à Paris pour y faire ses études, mais se retrouve forcée de rester dans sa Corèze natale pour aider ses parents à la ferme. Son personnage est très attachant, et pour la première fois j’ai préféré l’héroïne au héros. J’ai l’impression que l’auteure est restée à la surface concernant le personnage de Nolan. On reste sur le personnage légèrement cliché du businessman qui ne fait pas beaucoup de sacrifices et pense qu’il peut tout faire, ou tout dire. Leur histoire est belle, mais son personnage à lui ne m’a pas plus plu que ça.

C‘est ce que j’appelle une lecture « doudou », une romance sans trop de prise de tête, qu’on peut poser dans un coin et reprendre quelques heures plus tard sans devoir en relire les derniers chapitres, qu’on lit confortablement installé dans le canapé / le lit / devant la télé / en buvant un thé / les pieds dans l’eau.

Ma plus grande déception pour ce roman est sa fin. On attend pendant tout le dernier tiers de l’histoire ce dénouement, et  tout s’arrête avant qu’on n’y ait droit.

Malgré ces quelques défauts, j’ai beaucoup aimé la confrontation de ces deux mondes. L’alchimie entre Alice et Nolan est impossible à mettre en doute et leur histoire, bien que décousue, est très agréable à lire.

En bref : une lecture doudou avec des personnages attachants et d’autres beaucoup moins, une place VIP pour la rencontre de deux univers diamétralement opposés mais pourtant si similaires

☆☆☆

extrait

« — Trop vieux, trop grand, trop riche, trop gentil, trop beau, trop étranger. Je m’en fiche, on est tous le trop quelque chose de quelqu’un d’autre.. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s