Bad, tome 1 : Amour interdit, de Jay Crownover

couv49851079

De Jay Crownover

Sorti le 3 mai 2017

Chez &H – Poche

384 pages

7,50 €

Résumé.png

Il s’appelle Bax. Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd’hui, Bax a bien l’intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années ; 1 826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d’en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu’il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé.

Elle s’appelle Dovie. La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles. Règle n°1 : se la jouer discrète, par exemple en s’habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse. Règle n°2 : éviter de sortir avec les types du coin. Règle n°3 : ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n’a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres : Bax

mon avis

J’ai découvert la plume de Jay Crownover grâce à sa saga Marked Men, et j’ai tout de suite adhéré à son univers, ses personnages torturés au passé compliqué. C’est ce qu’on retrouve dans ce premier tome de cette saga Bad

La première chose que j’ai noté dans cette lecture, c’est à quel point elle ne ressemble à aucune autre. Le problème qu’on retrouve le plus souvent dans la New Romance, c’est que les personnages ont des caractéristiques tellement communes au genre qu’ils finissent par tous se ressembler, que les intrigues n’ont plus rien d’innovant et que mises à part quelques exceptions, les twists n’ont rien d’inattendu.

Jay Crownover nous fait entrer, dès les premières pages, dans son univers et celui de ses personnages. Bax, Dovie et tous les autres évoluent dans la ville de The Point, où les habitants sont confrontés tous les jours à la misère de la rue et où les enfants sont forcés de grandir bien trop vite.

Au premier abord, Bax et Dovie n’ont rien en commun, et ne sont certainement pas attirés l’un par l’autre. Ce n’est pas comme dans d’autres romances, où les personnages se détestent et finissent par tomber amoureux, là on est proches d’une indifférence totale. Ce qui a été intéressant à suivre, c’est l’évolution de leur relation. Petit à petit, ils s’attachent l’un à l’autre, même s’ils ne l’avouent jamais.

J’ai beaucoup aimé Dovie, qui a un caractère bien trempé mais essaye de se sortir, à tout prix, de la misère dans laquelle elle a toujours vécu. Elle se donne les moyens d’en sortir et fait tout ce qu’elle peut, quitte à enchaîner plusieurs boulots. Elle a beaucoup de valeurs et son admiration pour son frère est claire dès le début.

Bax m’a beaucoup plu aussi. Derrière ses airs de dur à cuire, il est prêt à tout pour protéger ceux qu’il aime, quitte à se mettre en danger – voire pire. Jay Crownover réussit parfaitement à nous faire comprendre ce qu’il ressent, jusqu’à nous permettre de comprendre ses choix et ses réactions.

En bref, j’ai passé un très bon moment avec Bax et Dovie. Leur histoire est portée par une plume addictive et toujours plus agréable. Même si ce premier tome n’est pas mon roman préféré de Jay Crownover, c’était une très bonne lecture.

Jay CrownoverD’abord autopubliée, Jay Crownover est aujourd’hui une auteure de best-sellers. Comme ses personnages, elle est passionnée de tatouages. Accro à la musique, elle aurait aimé être une rock star mais c’est finalement vers l’écriture qu’elle s’est tournée. Elle vit dans le Colorado avec ses trois chiens.

Retrouvez mes avis sur les autres romans de Jay Crownover

Marked Men #1 : Rule – ICI         Marked Men #2 : Jet ICI

Marked Men #3 : Rome ICI

Royal Saga, tome 1, de Geneva Lee

couv24244244

De Geneva Lee

Sorti le 4 mai 2017

Chez Hugo Poche – New romance

586 pages

7,60€

Résumé.png

Clara Bishop est une femme moderne. Brillante jeune diplômée, introvertie et échaudée par un passé amoureux catastrophique, elle est bien décidée à faire de sa carrière un succès. Elle accepte un jour de suivre sa colocataire à une réception huppée à laquelle participe tout le gotha et rencontre un bel et mystérieux inconnu au charme ravageur au détour d’un couloir. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle découvre quelques jours plus tard à la une de tous les journaux à scandale une mauvaise photo floue de leur furtif baiser. Elle a embrassé le Prince héritier Alexander de Cambridge et il veut la revoir… Prince d’accord mais surtout bad boy ! Pas prince charmant pour deux sous. Il contrôle, il exige. Il est dangereux. Et elle n’arrive pas à lui dire non… Tous les deux ont des secrets qui pourraient les déchirer ou les conduire à se rapprocher, mais les paparazzi emmêlent tout. Elle doit décider jusqu’où elle est prête à aller… pour le roi et pour le pays.

mon avis.png

Alors que le premier tome de la saga vient de sortir en poche (dans la nouvelle collection de la maison d’édition Hugo & cie), je me suis enfin décidée à le sortir de ma PAL. J’ai eu la chance de rencontrer Geneva Lee ainsi que d’autres auteures l’année dernière, et j’ai enfin eu l’occasion de lire le roman qu’elle m’avait dédicacé pour l’occasion.

Je ressors de ma lecture assez mitigée. Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment en compagnie de Clara et Alexander, mais j’aurais beaucoup aimé que certains points soient accentués. J’ai eu l’impression de passer à côté de moments importants et j’aurais beaucoup aimé en apprendre plus sur Alexander, pouvoir vraiment entrer dans son esprit.

En effet, tous les chapitres du roman sont écrits du point de vue de Clara Bishop, et aucun d’eux ne nous donne réellement accès aux pensées les plus profondes d’Alexander. Même si son personnage s’éclaircit au fil de la lecture, il en reste très (trop) mystérieux.

Ce qui m’a vraiment poussée à acheter le roman, c’est le côté « prince » et « célébrité », qui m’a tout de suite attirée. Le résumé nous explique clairement qu’Alexander n’a rien du prince charmant, mais ce que je voulais voir exploré, c’est la façon dont Clara gère sa toute nouvelle notoriété, les rapports avec le famille royale, qui ne pourraient décemment pas valider la relation du prince, héritier du trône d’Angleterre, avec une vulgaire américaine.

 Les personnages secondaires ont apporté un « + » non négligeable, puisque je pense que sans eux, je n’aurais pas autant accroché à l’histoire. J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à Clara et Alexander, même si ça s’améliore à la fin, ils ne m’auraient pas convaincus à eux deux de lire la suite. Edward, le petit frère d’Alexander et prince d’Angleterre, m’a particulièrement touchée et j’espère vraiment en apprendre plus sur lui dans les tomes à venir. Les parent de Clara m’ont beaucoup intriguée et Norris, le garde du corps d’Alexander m’a vraiment plu, j’espère aussi qu’il sera plus approfondi dans les prochains tomes.

En général, j’ai trouvé que c’était crédible, les réactions de Clara aux retombées de sa notoriété sont bien gérées, pas exagérées ni minimisées. Mais le tout était trop lent, l’histoire prend trop de temps à démarrer réellement.

 En bref, la plume de Geneva Lee est addictive et une fois commencé, je n’ai plus pu reposer Royal Saga. Je lirai sans aucun doute les tomes suivants, du moins le deuxième tome pour voir comment tournent les choses (en particulier pour voir si le personnage d’Alexander nous sera un peu plus dévoilé et si Norris et Edward seront plus présents que dans ce tome). 

☆☆☆

The Air he breathes, Brittainy C. Cherry

couv40778032

De Brittainy C. Cherry

Sorti en 2016

Chez Hugo New Romance 

422 pages

17€

Résumé.png

Tristan et Elizabeth sont voisins, ils n’ont rien en commun à part leur passé douloureux. Elle a choisi de continuer à vivre ne serait-ce que pour sa petite fille Emma. Il a choisi de s’extraire du monde. Mais Elizabeth ne l’entend pas de cette façon. Elle sait qu’ils sont tous les deux en miettes et qu’ensemble ils seront plus forts pour affronter leurs fantômes. C’est sans compter avec toutes les embûches que les habitants de leur petite ville vont mettre sur leur route. Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues. Lire la suite

Follow me, tome 1 : Seconde chance, de Fleur Hana

couv38810179

De Fleur Hana

Sorti le 27 avril 2017

Chez Hugo New Romance

312 pages

17€

Résumé.png

Lise et Ange. Ils étaient amoureux, avec la douceur et l’émerveillement qu’un premier amour peut apporter. 17 ans, il savait déjà.
18 ans, elle est partie.
Il ne s’en est jamais vraiment remis. Elle ne l’a jamais vraiment oublié. Et puis elle est revenue. Pas pour lui. Mais maintenant qu’elle est là, elle le veut, lui. Il essaie vraiment, mais il a tellement souffert qu’il ne sait plus lui faire confiance…
L’histoire de Lise et Ange est une histoire de la deuxième chance. Celle qu’elle lui demande et qu’il n’est pas sûr d’être en mesure de lui offrir.

mon avis.png

Les histoires de secondes chances, c’est souvent quitte ou double. J’avais peur de lire quelque chose qui tournerait en rond, parce qu’on ne pardonne jamais vraiment entièrement et ça revient souvent sur le tapis. Mais Fleur Hana a su s’approprier le sujet pour nous offrir une romance toute en émotion avec des personnages attachants.

Le plus gros point positif du roman, en comparaison avec la plupart des New Adults, ce sont les personnages secondaires. Entre Emma, la fille d’Ange, Anthony un de ses amis, Loïc et Annabelle, des amis de Lise, j’ai été servie. Je me suis plus ou moins attachée à ces personnages, mais l’idée est qu’ils ont tous apporté quelque chose à l’histoire et ont été très bien amenés.

Lise, le personnage principal féminin, ne m’a pas plus plu que ça, surtout parce que, comme Ange, j’ai beaucoup de mal à lui pardonner son départ. Alors la voir revenir et déclarer qu’elle le voulait, j’ai trouvé ça un peu gros. MAIS j’ai adoré, a-do-ré son humour. Lise est le plus souvent maîtresse de ses émotions mais se laisse aller à des envolées lyriques toujours plus drôles les unes que les autres. Elle fait aussi preuve de beaucoup d’ironie et sur ce point là, je n’ai rien à lui reprocher.

Ange m’a beaucoup plu, dès le début. On voit qu’il est hésitant et qu’il se cherche toujours, mais son personnage m’a touchée. Il est très sensible et le fait qu’il ne ressemble en rien aux « stéréotypes » de la New Romance m’a convaincue.

Emma, la fille d’Ange, apporte au roman une touche de légèreté bien nécessaire. Félicitations à l’auteure pour avoir su balancer son roman de cette manière et alterner entre les sujets lourds et la légèreté.

Je passe à côté du coup de cœur parce qu’il y a plusieurs choses qui, à mon avis, auraient eu besoin de plus d’approfondissement. L’histoire d’Ange avec la mère d’Emma, par exemple, est expliquée très rapidement, je n’aurais pas été conter quelques détails. Le personnage d’Ambre aurait aussi mérité d’être un peu plus développé.

Au delà de la romance entre Lise et Ange, une intrigue parallèle m’a beaucoup touchée. Quand Lise revient là où elle a grandit, c’est pour s’occuper d’Annabelle, une femme qu’elle considère comme sa grand-mère et qui décline à vue d’œil. Cette partie de l’histoire était très touchante et extrêmement bien écrite.

En bref : Une romance touchante, une histoire sur le pardon et les secondes chances. Des personnages attachants et une plume addictive.

☆☆☆☆

extrait

« – Non, tu fais pas comme il faut ! Lise elle m’a montré et c’est pas comme ça !

– Je fais ce que je peux, Emma.

– Ben c’est pas très beau.

– C’est l’intention qui compte.

– Ca veut dire quoi ?

– Ca veut dire que même si je suis pas doué, j’essaie. »

fleurhanaAprès Feeling Good, Fleur Hana trouve sa voie dans la romance contemporaine. Elle se met alors à pimenter le genre avec sa plume sensible et teintée d’humour qui brode des portraits de héros à contre-pied des clichés. Elle consacre à présent son temps libre à l’écriture et la lecture.

Marked Men, tome 3 : Rome, de Jay Crownover

couv10989823

De Jay Crownover

Sorti en 2016

Chez Hugo & Cie

406 pages

17€ 

Résumé.png

Intrépide et pleine de vie, Cora Lewis est aussi celle qui veille sur ses amis  » bad boys  » tatoueurs, dans le salon Marked où elle officie comme perceuse. Derrière son apparente joie
se cache un cœur brisé et Cora est bien décidée à ne plus jamais se laisser embraser par une passion dévorante.
Elle attend maintenant l’homme parfait, sans bagages douloureux ni histoire dramatique, avec qui elle pourra s’engager. Et elle rencontre Rome Archer.

Sous ses airs rassurants d’ancien soldat, Rome est en fait têtu, autoritaire et rigide. Pas très « homme parfait » ! Et surtout il revient du front…
Si Rome avait l’habitude d’être le grand frère protecteur, le fils aimant, le bon soldat, aujourd’hui il n’est aucun de ces hommes-là. Traumatisé, il cherche un moyen de survivre et de reprendre le cours de sa vie, malgré les démons de la guerre qui le rongent. Pour cela, il pensait être seul, jusqu’à ce que Cora débarque dans sa vie et l’éclaire de mille couleurs.

Parfois les mauvais choix sont les meilleurs.

mon avis.png

Je retrouve avec bonheur une de mes sagas préférées, mais surtout mon chouchou depuis le premier tome : Rome. Si vous n’avez pas encore lu les tomes précédents, vous pouvez lire cette chronique sans problème, il n’y aura aucun spoilers 😉

J’avais hâte de découvrir le tome consacré à Rome, ce héros revenu de la guerre qui n’a pas encore mis de l’ordre dans sa tête, mais j’avais aussi peur d’être déçue, puisque j’avais beaucoup d’attentes, autant pour l’intrigue que pour le personnage, dont j’étais déjà tombée amoureuse dans le tome consacré à son frère, Rule. Et je suis tombée sur un coup de cœur monumental !

Cora est un personnage qu’il est impossible, même avec toute la mauvaise volonté du monde, de qualifier de cliché. Elle est aux antipodes de tous les autres personnages féminins que j’ai pu rencontrer jusqu’à présent. Elle est petite et menue mais a la langue bien pendue et ne se laisse pas impressionner par un espèce de géant qui revient du front. Tatouée des pieds à la tête et percée un peu partout, elle est pleine de couleur. Elle apporte de la lumière dans le monde sombre et froid de Rome.

Mon amour pour Rome a été décuplé à la lecture de ce tome. C’est un personnage torturé, qui a vécu bien plus qu’il ne devrait être possible et ne croit plus en grand chose. Il se perd dans sa culpabilité et dans les « et si ». Pourtant, il s’accroche à Cora comme à une bouée qui l’empêche de sombrer totalement.

La relation entre Cora et Rome est tellement forte et intense qu’elle n’a pas nécessairement besoin de passer par les mots. J’ai trouvé ça incroyable, que Jay Crownover nous fasse ressentir la puissance de leur connexion sans forcément utiliser les dialogues.

J’ai adoré retrouver toute la bande, en particulier Rule et Nash. Rowdy, Jet et Ayden ne sont pas très présents mais on sent qu’ils font partie du récit. Asa ne m’avait pas du tout attirée dans le tome précédent, et même si ce tome nous a quelque peu réconciliés, je ne suis pas encore certaine de lire son tome. Seule Shaw m’a un peu déçue, puisque j’avais plus envie de la secouer qu’autre chose.

Le seul point négatif que je peux trouver ne concerne pas l’histoire elle-même, mais plutôt la couverture. Je ne la trouve pas exceptionnelle et surtout, elle ne reflète pas du tout les personnages. Sur la couverture, l’homme est tatoué sur tout le bras, alors que la peau de Rome n’est pas encrée. Au contraire, aucun tatouage sur le bras de la femme, alors que Cora est tatouée des pieds à la tête (ou presque), et que son bras gauche (celui qu’on voit sur la couverture) est complètement encré. Je sais qu’ils ne sont pas censés représenter les personnages directement, mais là on est complètement à l’opposé. Cette couverture aurait été plus adaptée à Rule, par exemple.

J’avais aimé Rule, adoré Jet, mais Rome est un coup de cœur, une bouffée d’air frais, une vrai remise en question. Une petite pépite ! Et j’ai beaucoup aimé l’introduction à l’histoire de Nash, que j’ai hâte de découvrir.

♥♥♥♥♥

extrait

« – Je vais venir le chercher et le ramener en un seul morceau.

– Euh… Ne le prends pas ma, petite, mais c’est un gros soldat encombrant avec une humeur de merde et rond comme une queue de pelle. Tu devrais peut-être laisser son frère s’en occuper pour cette fois.

Je n’étais pas le genre de fille qui recule devant un défi, et je n’avais pas peur de Rome. En plus, cela m’était toujours insupportable de m’entendre dire que je ne pouvais pas faire quelque chose pour l’unique motif que j’étais une fille. »

Jay CrownoverD’abord autopubliée, Jay Crownover est aujourd’hui une auteure de best-sellers. Comme ses personnages, elle est passionnée de tatouages. Accro à la musique, elle aurait aimé être une rock star mais c’est finalement vers l’écriture qu’elle s’est tournée. Elle vit dans le Colorado avec ses trois chiens.

Retrouvez mes avis sur les autres romans de Jay Crownover

Marked Men #1 : Rule – ICI         Marked Men #2 : Jet ICI

Si on nous l’avait dit, de Laura Trompette

couv57934911

De Laura Trompette

Sorti en 2016

Chez la collection &moi

283 pages

12€50

Résumé.png

Dans sa Corrèze natale, Alice Perret rêve de jours moins monotones, tout en acceptant avec bienveillance sa routine au sein de la ferme de ses parents. Elle mène en réalité une double existence : si Alice n’est personne dans sa campagne, elle est quelqu’un en ligne. L’arrivée impromptue de Nolan Sharp, businessman anglais en vadrouille dans l’hexagone, va renverser l’ordre établi. En l’espace de vingt-quatre heures, un événement tragique va rapprocher ces deux êtres qui n’étaient en rien prédisposés à se connaître, encore moins à s’attacher… Lire la suite

Ugly love, de Colleen Hoover

couv36229593

 

De Colleen Hoover

Sorti en 2015

Chez Hugo & Cie

326 pages

17€ 

Résumé.png

Quand Tate Collins rencontre Miles Archer, elle sait que ce n’est pas le coup de foudre. Et pour cause, le beau pilote n’a de temps que pour les aventures sans lendemain. Ils ne peuvent pourtant pas nier leur attraction mutuelle, aussi immédiate que brûlante. Alors pourquoi ne pas se laisser séduire, quand le sexe est si bon ? Pas d’attaches, simplement la passion… Leur arrangement semble parfait, tant que Tate accepte de respecter les deux règles de Miles : Pas de question sur le passé, Ne pas espérer de futur. Cependant, ils vont vite comprendre que le coeur ne suit pas d’autres règles que les siennes. L’amour, même quand il n’est pas une évidence, sera-t-il plus fort que leurs promesses ?

mon avis.png

Il ne me manque plus que « Jamais plus » (du titre original « It ends with us ») pour avoir lu tous les Colleen Hoover. « Maybe Someday » avait été un coup de cœur et « Confess » aussi. J’avais donc impatience de me lancer dans Ugly love, surtout après tous les avis positifs que j’ai lus.

Les premières pages ont été en demie teinte. Les personnages principaux – Miles et Tate – avancent au ralenti et on n’apprend pas grand chose sur leur passé. Celui de Miles l’empêche d’aller de l’avant et d’envisager tomber amoureux à nouveau. Pour comprendre le Miles qu’on lit dans les premiers chapitres, il nous faut les informations qui arrivent au compte-goutte sur son passé. Une fois qu’on a toutes les cartes en main, son personnage devient beaucoup plus clair, mais aussi beaucoup plus attachant.

Les chapitres alternent entre le présent, raconté par Tate, et le passé, six ans plus tôt, raconté par Miles. Le passé nous permet donc de comprendre le présent. Mais j’ai été un peu déçue, puisqu’on n’apprend rien du passé de Tate, seulement celui de Miles. On découvre l’histoire de son point de vue, mais j’ai eu l’impression de ne pas réellement la connaître – du moins au début !

Leur première rencontre n’a rien à voir avec les rencontres habituelles, on est loin du coup de foudre et j’ai beaucoup aimé cette entrée en la matière. Malgré tout, le premier tiers du roman a été compliqué, je n’avançais pas vraiment et je n’étais pas prise dans l’histoire. Mais dès ce premier tiers terminé, j’ai enfin reconnu la plume de Colleen Hoover que j’aime tant et qui me fait enchaîner les pages jusqu’à avoir trop mal aux yeux pour lire. C’est addictif, prenant, tout simplement génial !

Ce que je retiens une nouvelle fois, c’est que Colleen Hoover accorde une attention toute particulière à ses personnages secondaires. Corbin, le frère de Tate et ami de Miles, mais aussi Ian, un ami de Miles et surtout Capt’aine, un vieil homme de quatre-vingt ans qui s’occupe des ascenseurs de l’immeuble et est présent à chaque chapitre ou presque. Il est le témoin de leur histoire naissante, il est là à chaque étape mais surtout apporte une pointe d’humour et rend le tout encore plus attachant.

extrait

 « – Tu viens de la perdre, marmonne-t-il sans cacher sa désapprobation.

Je ne réponds pas.

S’appuyant sur ses bras, il change de position.

– Il y a des gens… qui deviennent plus raisonnables avec l’âge. Malheureusement, la plupart ne font que vieillir.

Il se tourne pour me faire face :

– Tu fais partie du deuxième groupe, tu es aussi bête qu’au jour de ta naissance »

colleenhoover-minÀ 34 ans, Colleen Hoover est devenue en quelques années l’une des plus grandes auteures de New Romance au monde. Tous ses livres caracolent en tête des best-sellers lists.

Retrouvez mes chroniques sur les autres romans de Colleen Hoover

Confess – ICI           Maybe Someday  ICI       Hopeless ICI